La vie d’Immogo – la naissance de l’idée

Quand j’ai immigré des Pays-Bas en France, en l’an 2000, je ne connaissais pas du tout le système de vente et d’achat de l’immobilier. Je cherchais une maison à vendre en Bourgogne du Sud, mais dans le temps, très peu d’agences avaient un site internet. Dans notre région il n’y avait que l’agence Immo Ray qui montrait son offre en ligne. On voulait habiter en Bresse Louhannaise, alors avec ma femme, j’ai visité des agences autour de Louhans, qui nous ont montré des classeurs pleins de maisons. On a fait des visites et finalement on est tombé sur une grande ferme habitable dans le village de La Chapelle-Thècle. En discutant avec l’agent immo, je lui demandais si on pourrait peut-être négocier le prix? Quod non. Il m’a fait comprendre que ce n’était pas la coutume dans cette région. Alors nous avons simplement accepté de payer le prix de demande de 750.000 francs. Ce qui a bien surpris le vendeur, qui était très heureux de cette vente simple et rapide. Je comprends maintenant qu’on s’est fait avoir.

Dans les années qui suivaient, nous nous sommes rendu compte que cet agent immobilier peu scrupuleux nous avait menti sur plusieurs autres choses. Le toit était – d’après lui – dans un bon état et quand – pendant une visite – je lui ai montré des trous de bestiole, il m’a expliqué que c’était du vieux, car le toit aurait été traité entretemps. Vous avez compris, pendant les travaux d’aménagement et d’isolation du grenier on s’est rendu compte que 80% des chevrons étaient à remplacer, infesté par des xylophages. On a appris plus en plus du système où l’agent immobilier est là pour servir le vendeur et pour se remplir les poches, et pas pour aider l’acquéreur à réaliser un bon prix. Et pour cela le vendeur lui paye 6% de commission, qui finalement effectivement limite la marge de négociation pour l’acquéreur, bien sûr!

Un jour, dans le bar de notre village, le propriétaire me demande si je ne connais pas d’autres Hollandais qui seraient intéressé à acheter dans notre région. Il me dit: « Je vous offre 1% si vous me trouver quelqu’un! » Alors ça m’a fait penser. Puisque beaucoup d’agences n’avaient pas de site internet, pourquoi pas mettre leurs maisons en ligne, avec des traductions en Néerlandais et Anglais, en demandant 1% après une vente réussie ?

Par Gregor Hakkenberg, propriétaire & service clients

J’en ai parlé avec plusieurs agences dans le coin, et demandé si je pouvais les aider à vendre leurs maisons à mes compatriotes Néerlandais et à des anglophones, mais ils se méfiaient de moi. Ils n’ont pas compris mon idée et ils avaient peur que j’allais leur piquer les clients pour un concurrent. Alors j’ai décidé de monter mon propre site: Immogo.

[à suivre]