fbpx

Créer votre propre camping en province ? Ne faites pas ça !

Vous rêvez d’avoir votre propre camping à la campagne ? Vous n’êtes pas le seul. Chez IMMOGO, un site immobilier français réservé aux particuliers, on reçoit souvent des demandes de ce genre. Les acquéreurs potentiels envoient un mail au propriétaire ou même nous appellent au téléphone : « Nous sommes intéressés par cette propriété, parce qu’elle a beaucoup de terrain. On peut commencer un camping sur place ? » Il en va de même pour les annonces de grandes maisons avec beaucoup de pièces : « Cet objet (je ne sais pas pourquoi une maison deviendrait soudainement un’objet’, mais bon) convient-il aussi pour commencer des chambres d’hôtes ou des gîtes? ».

Il y a aussi quelques campings en activité et d’autres entreprises touristiques sur IMMOGO. Avec ce genre de propriété, les rêveurs, habitants de la grande ville, veulent toujours savoir quel est le chiffre d’affaires annuel. « Parce que nous voulons vendre notre maison à Paris et commencer quelque chose de nouveau à la campagne », nous confient-ils avec un mélange d’urgence et de trépidation dans la voix, «Quelque chose de complètement différent. »

Grand Soupir… Bien sûr ça ne nous regarde pas. Nous faisons de la publicité pour les maisons, rien d’autre. Nous ne connaissons pas tous les détails des biens à vendre sur Immogo et d’après la loi Hoguet nous ne sommes même pas autorisés à donner des conseils sur une vente. C’est pourquoi, en général, nous demandons simplement à la personne intéressée de contacter le vendeur par le biais du formulaire sur le site, afin qu’elle puisse poser ses questions directement au propriétaire. Mais intérieurement, Dieu nous entend gémir. On aimerait crier : « NE LE FAITES PAS ! » Commencer ‘quelque chose d’autre’ dans la plupart des cas n’est pas amusant du tout, ne serait-ce que parce que vous n’avez pas la moindre idée de tout ce que cet ‘autre chose’ entraine. Qu’est-ce qui vous fait penser que vous seriez plus heureux en tant qu’entrepreneur de loisirs au milieu de nulle-part ?

Certes, à première vue, gérer un camping en France semble être un emploi idéal. Vous vous imaginez peut-être sur la véranda de votre pittoresque ferme, en train de bavarder avec vos invités. Vous vous voyez diner autour d’une grande table sous les érables le soir, pendant que les enfants s’éclaboussent joyeusement dans la piscine. Très idyllique. Mais rapidement, la réalité se présente. Les invités arrivent aux moments les plus étranges pour entrer sans demander dans votre domaine privé avec toujours et toujours les mêmes questions stupides. Peut-on boire l’eau du robinet ? Où est le prochain marché aux puces ? Avez-vous aussi un livret des promenades ? Comment puis-je enlever le truc collant des érables qui est tombé sur ma voiture ? Patati, patata… Vous ne pouvez pas vraiment vous joindre aux convives le soir, car vous devez cuisiner, servir et faire la vaisselle. On endommage votre propriété (et bien sûr personne ne laisse une excuse, et encore moins un billet), la progéniture mal éduquée n’arrête pas de hurler dans la piscine et les seuls qui éclaboussent joyeusement sont les papas ivres, qui, quand ils ont un besoin urgent  semblent préférer le mur de pisé pittoresque derrière la cuisine, qui dégénère donc lentement en une flaque de boue puante.

De plus, très tôt le matin, avant le réveil des premiers invités, il faut entrer dans les sanitaires avec un tuyau d’eau, une serpillière et des bouteilles de désinfectant, afin de frotter les toilettes en oubliant  votre réflexe nauséeux, et pêcher des petites  boules de poils dans le bac de douche. Avec des morceaux indéfinissables dedans. Du shampooing. Vous espérez.

Après tout cela, vous aurez bientôt envie de retourner à votre travail de bureau ennuyeux en ville. C’est une bonne chose, d’ailleurs, car un camping – et surtout un petit camping – est difficile à rentabiliser. Les quelques euros par tente et par jour ne font pas vraiment le poids. Vous devrez donc chercher d’autres sources de revenus, comme la vente de repas et de boissons. Et dès que vous commencerez  à cuisiner sérieusement, les autorités viendront vous rendre visite pour une inspection de l’hygiène. La cuisine doit répondre aux exigences les plus élevées. Vous devez prouver que vous maîtrisez la chaîne du froid du supermarché à la poêle. Vous devez prélever des échantillons de denrées périssables, les dater et les ranger séparément, afin de prouver, si nécessaire, que le client a contracté sa diarrhée (ressortez le désinfectant !) au Toque Blanc, et non sur votre terrasse. Cela entraîne beaucoup d’investissements. Il y a donc de fortes chances que votre camping fasse faillite dans deux ou trois saisons et que vous – sans un sou mais enrichi d’expériences – retourniez à la grande ville. La tête haute, quand même. Parce qu’au moins vous aurez essayé de changer de vie. Et tous ces stupides esclaves de bureau ne peuvent pas dire ça !

Bien sûr, c’est un scénario catastrophe. Ça ne se passe pas nécessairement comme ça pour tout le monde. Nous vous souhaitons bonne chance et espérons que vous aussi – que ce soit via Immogo ou non – vous trouverez l’endroit rêvé pour un camping parfait et sans érables, où vous pourrez surmonter tous les obstacles attendus et inattendus et devenir très heureux. Mais si cela ne fonctionne pas, sachez que vous pouvez toujours remettre votre camping en vente sur IMMOGO. On reçoit souvent des demandes de ce genre.